Le Web3

Le guide complet du Web3 : le futur de l’Internet

Le guide complet du Web3 : le futur de l'Internet

Le Web3

À moins que vous ne viviez sous un rocher, vous avez probablement entendu parler de Web3, considéré comme l’avenir de l’Internet, et des applications Web3 qui font beaucoup parler d’elles.

Mais qu’est-ce que Web3, quelles améliorations apportera-t-il aux utilisateurs et comment les développeurs peuvent-ils créer des applications Web3 et des dApps ?

Cet article explique tout ce que vous devez savoir sur Web3 et comment travailler avec Web3 en tant que développeur.

Résumé

L’Internet, ou le Web, a considérablement évolué au fil des ans. Avec l’avènement du Web3, nous sommes à l’aube de la prochaine percée du Web. Alors que le Web1 était un Web en lecture seule et que le Web2 était un Web en lecture-écriture, le Web3 promet d’offrir un Web en lecture-écriture sans intermédiaire.

Il est centré sur un écosystème de projets technologiques qui sont :

  • Décentralisés
  • Sans confiance
  • Sans permission
  • Interopérables

D’une manière générale, le contenu Web2 domine l’Internet que nous connaissons et utilisons tous aujourd’hui. Bien que le World Wide Web ait parcouru un long chemin depuis sa création en 1989, il est toujours confronté à des problèmes. Plus précisément, il est relativement centralisé et quelques grandes entreprises – dont Google, Facebook, Amazon, etc. – contrôlent les données d’un grand nombre de personnes.

Le Web3 détient les clés pour résoudre une longue liste de problèmes du Web2 comme celui-ci.

Pour n’en citer que quelques-uns, le Web3 permet

  • D’améliorer la protection de la vie privée
  • De renforcer la transparence
  • D’éliminer les intermédiaires
  • De faciliter la propriété des données et les solutions d’identité numérique

Pour comprendre exactement ce que ces concepts signifient et pourquoi ils sont si fondamentaux pour le Web3, il est utile de faire un voyage dans le passé.

Discuter de l’histoire de l’Internet permet de mieux comprendre où nous allons.

Qu’est-ce que le Web 1.0 ?

Web1

Jusqu’à maintenant, il y a eu deux itérations précédentes de l’internet : le Web 1.0 et le Web 2.0. Le Web 1.0 est l’ère du dinosaure de l’internet, qui s’étend du milieu des années 1980 au début des années 2000.

Il est né d’un travail qui a commencé en 1973, lorsque l’agence américaine Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) a lancé des recherches sur les protocoles qui permettraient aux ordinateurs de communiquer sur un réseau distribué. Pour les non-initiés, les protocoles sont des règles normalisées et prédéterminées qui permettent aux appareils connectés de communiquer entre eux sur un réseau.

La toute première version du web était décentralisée, c’est-à-dire qu’elle était construite sur une série de protocoles ouverts et libres d’utilisation.

Contrairement aux protocoles propriétaires, les protocoles ouverts ne sont pas détenus par une autorité centralisée et ne sont pas limités aux produits d’une entreprise particulière.

Nombre de ces premiers protocoles web, tels que HTTP (web), SMTP (courrier électronique) et FTP (transfert de fichiers), servent de base aux applications internet modernes que nous connaissons et aimons.

À l’époque du Web 1.0, l’internet se composait principalement d’une série de pages reliées entre elles par des hyperliens. Il n’y avait pas de visuels supplémentaires ou de sections de commentaires, comme ce que nous voyons en utilisant l’internet aujourd’hui.

Les internautes n’étaient rien de plus que des récepteurs passifs de l’information et ne pouvaient pas interagir ou réagir à ce qu’ils rencontraient.

À cet égard, c’était l’ère de la “lecture seule”.

L’intérêt premier des propriétaires de sites Web était de diffuser des informations au plus grand nombre de lecteurs possible, et non de s’engager activement avec ceux qui visitaient leur site.

Lorsque des sites comme IMDB ont vu le jour, les pages Web n’étaient qu’un amas de liens, et c’est à peu près tout ce qu’il y avait sur Internet.

Qu’est-ce que le Web 2.0 ?

Web2.0

Ces vingt dernières années, nous avons vécu avec le Web 2.0. Il ne se caractérise pas par un changement technique. Il découle plutôt d’un changement dans la façon dont nous utilisons l’internet.

Le Web 2.0 est une version de l’internet qui permet aux utilisateurs quotidiens de créer, partager et publier du contenu.

L’individu moyen n’est plus un observateur passif. Au contraire, il joue un rôle actif dans la création de l’internet.

Pour illustrer ce que cela signifie exactement, une boutique de commerce électronique dans le Web 1.0 n’était qu’une longue liste de noms de produits et de prix.

Les lecteurs les parcouraient, puis se rendaient dans le magasin physique pour effectuer leurs achats. Dans le Web 2.0, les utilisateurs peuvent utiliser un site de commerce électronique pour effectuer des paiements, suivre leurs commandes, publier des avis, demander des remboursements, etc.

En fait, les sites Web 2.0 encouragent activement les utilisateurs à participer et à accroître leur engagement. Prenez le bouton “J’aime” de Facebook ou son système de notification.

Tous deux visent à inciter les lecteurs à aimer, commenter ou s’engager d’une autre manière. De la même manière, Google et Amazon encouragent les utilisateurs à laisser des commentaires.

Malheureusement, le Web 2.0 est largement caractérisé et défini par ces intermédiaires.

Pour trouver une entreprise ou une marque, les gens font appel à une recherche Google. Pour trouver des artistes intéressants, on se fie à Instagram ou Spotify. Pour trouver des produits, les gens se fient à Amazon. Avez-vous déjà vu la tendance ?

LIRE  Guide ultime sur l'avenir du marketing dans le Metaverse

Les plateformes comme Google, Spotify, Amazon, Facebook et tous les autres grands noms du Web 2.0 servent d’agrégateurs de données centralisés.

Ce sont des intermédiaires entre les fournisseurs et les consommateurs, qui captent presque toute la valeur – sous forme de données et d’argent – dans le processus.

Ces plateformes multilatérales, qui créent de la valeur principalement en permettant des interactions directes entre les groupes, ont gagné en popularité avec le Web 2.0.

En fait, elles dominent désormais l’économie mondiale et comptent parmi les entreprises les plus rentables du monde. Cette évolution s’est accompagnée de quelques problèmes.

Les problèmes du Web 2.0

Finalement, il est devenu rentable pour ces plates-formes de rendre plus difficile l’interaction directe des groupes entre eux, et les intermédiaires sont donc devenus davantage un obstacle qu’une voie de passage. Prenons l’exemple de Facebook.

Au début, Facebook offrait un service précieux : venez sur Facebook, connectez-vous avec vos amis et vos clients, et partagez avec eux vos idées et vos biens.

Au fur et à mesure que les gens affluaient sur Facebook pour voir ce que faisaient leurs amis et les entreprises qu’ils suivaient, le trésor de données des utilisateurs de Facebook a augmenté. Chaque clic, défilement et ” like ” est devenu un point de données financièrement précieux.

Facebook a compris que les entreprises seraient prêtes à payer pour faire connaître leurs produits à leurs nouveaux (et même à leurs) followers. Il a donc commencé à vendre notre attention sous la forme d’espaces publicitaires.

Aujourd’hui, Facebook est un intermédiaire qui détermine quand et comment les utilisateurs et les entreprises interagissent et s’engagent. Google fait à peu près la même chose avec ses plateformes publicitaires et Amazon avec ses produits vedettes.

Si vous ne voyez toujours pas le problème, The Oatmeal a bien résumé la situation.

The Oatmeal

Dans le Web 2.0, ces intermédiaires détiennent tout le pouvoir. Ils possèdent toutes nos données et nous dictent ce que nous pouvons ou ne pouvons pas faire en ligne, se réservant le droit de fermer notre accès aux plateformes quand bon leur semble et à leur seule discrétion.

Quel que soit votre bord politique, vous avez tous pu constater de visu le pouvoir de ces intermédiaires, comme lors de la suspension du compte Twitter de l’ancien président américain Donald Trump.

Les intermédiaires déterminent également avec qui nous pouvons interagir et quand, en vendant notre temps et notre attention au meilleur annonceur.

Enfin, comme si cela ne suffisait pas déjà, la plupart des outils et des services que nous utilisons sur l’internet sont centralisés dans des endroits comme les services informatiques cloud AWS d’Amazon.

Si vous ne le savez pas, près d’un tiers de l’internet passe par AWS.

Pour ceux qui s’inquiètent de la confidentialité des données, qui craignent l’immense pouvoir qui découle d’une telle centralisation ou qui n’ont pas d’autre choix que de créer des entreprises sur le dos des réseaux sociaux et des places de marché, le Web 2.0 présente des risques profondément troublants.

Place donc à la blockchain et au Web3.

Qu’est-ce que le Web3 et pourquoi vous devriez vous y intéresser ?

web 3.0

L’étape suivant le Web 2.0 était connue sous le nom de Web 3.0 jusqu’à ce que Gavin Wood invente le terme “Web3” vers 2014. Pour le meilleur ou pour le pire, le nom court est resté.

Alors, qu’est-ce que le Web3 ?

En bref, le Web3 consiste à défaire tous les problèmes qui sont apparus dans le Web 2.0. Cette nouvelle génération d’Internet vise à transférer le pouvoir des grandes entreprises technologiques vers les utilisateurs individuels.

Comme nous l’avons mentionné au début, le Web3 est centré sur un écosystème de produits technologiques décentralisés, sans confiance, sans permission et interopérables.

Il est maintenant temps d’expliquer exactement ce que cela signifie et pourquoi vous devriez vous intéresser à Web3.

La signification de la décentralisation et de l’absence de confiance

Plutôt que de s’appuyer sur un seul serveur centralisé, Web3 est construit sur des réseaux cryptographiques alimentés par des blockchains qui permettent de stocker des données sur des dispositifs distribués (également appelés “nœuds”) dans le monde entier.

En fin de compte, ces dispositifs distribués peuvent être n’importe quoi, comme des ordinateurs, des portables ou même de plus gros serveurs. Ils servent de cadre à la blockchain et communiquent entre eux pour permettre le stockage, la diffusion et la conservation des données sans l’intervention d’un tiers de confiance.

Grâce à ces nœuds, la blockchain fournit un enregistrement immuable – c’est un véhicule décentralisé de preuve de propriété qui ne ressemble à rien de ce que nous avons vu auparavant.

Fonctionnement Web3

Avec le Web 2.0, nous n’avons eu d’autre choix que de confier nos données à des géants de la technologie comme Google et Facebook. Nous n’avons eu d’autre choix que de nous en remettre à AWS pour nombre de nos outils et services.

Plus encore, nous avons eu besoin de faire confiance à ces parties pour utiliser ces données de manière éthique. Comme nous l’avons vu avec le scandale Cambridge Analytica, il est très facile que nos données soient utilisées contre nous, et cela peut avoir des ramifications sociopolitiques mondiales.

Les problèmes de ce genre sont la raison pour laquelle la propriété décentralisée de nos données et de notre identité, également appelée “identité auto-souveraine”, est plus importante que jamais.

La signification de l’interopérabilité et du “sans permission

Cette propriété auto-souveraine est obtenue grâce à des portefeuilles numériques comme MetaMask (pour Ethereum et les blockchains compatibles ETH) ou Phantom (pour la blockchain Solana).

Un peu comme un “portefeuille” dans le monde réel, un porte-monnaie numérique sert d’identité Web3 et détient en toute sécurité à la fois votre monnaie et vos données.

Ce portefeuille est interopérable, ce qui signifie qu’il peut être transporté de manière transparente sur Internet et fonctionner avec divers produits et systèmes, ce qui vous permet de choisir quelles applications décentralisées ont accès à vos biens.

LIRE  Solana a augmenté de 12 000 % cette année - tout ce qu'il faut savoir avant d'acheter le concurrent d'Ethereum.

En outre, toutes les transactions et interactions sur la blockchain sont sans autorisation, ce qui signifie qu’elles ne nécessitent pas l’approbation d’un tiers de confiance pour être effectuées.

Voyons pourquoi cela est utile et nécessaire.

La signification de l'interopérabilité et du "sans permission

Aujourd’hui, les individus doivent utiliser leur login Facebook ou Google pour accéder à de nombreuses applications en ligne, ce qui les oblige à transmettre leurs données.

Mais dans Web3, les individus seront propriétaires de leurs identités. En remplaçant les tiers par la blockchain, le Web3 débloque des modèles économiques et des chaînes de valeur entièrement nouveaux, où les intermédiaires centralisés ne sont plus privilégiés.

En fin de compte, Web3 retire le pouvoir aux intermédiaires et le rend aux individus.

En fait, nous le constatons déjà avec les NFTs (jetons non fongibles).

De nombreux artistes, musiciens et autres créateurs ont récemment commencé à expérimenter des moyens leur permettant de recevoir la part du lion des revenus de leur travail.

Une grande partie de cette évolution peut être attribuée à la fonction des contrats intelligents, qui sont des accords prédéterminés programmés dans une blockchain et qui s’exécutent automatiquement une fois que les conditions spécifiées sont remplies.

Plus précisément, avec les NFT, les contrats intelligents permettent des structures de redevances secondaires, ce qui signifie que les créateurs sont payés chaque fois que leur œuvre change de mains sur le marché ouvert.

Grâce à ce changement fondamental dans la chaîne de valeur, les créateurs gagnent plus que jamais et font lentement disparaître le stéréotype douloureusement vrai de “l’artiste affamé”.

C’est l’essence même de la raison pour laquelle vous devriez vous intéresser à Web3.

Propriétés du Web 3.0

Voici trois caractéristiques clés qui peuvent nous aider à définir le Web 3.0 :

Web sémantique
L’un des éléments clés du Web 3.0 est le “web sémantique”. Le web sémantique améliore les technologies en ligne en permettant aux utilisateurs de créer, de partager et de connecter des contenus par le biais de recherches et d’analyses basées sur la capacité à comprendre le sens des mots plutôt que des mots-clés ou des chiffres.

Graphiques 3D
Les graphiques 3D sont largement utilisés dans les sites Web et les services du Web 3.0, tels que les jeux en ligne, le commerce électronique et les sites de portfolio. Voici le meilleur exemple d’un site Web en 3D réalisé par Bruno Simon.

Intelligence Artificielle
Le Web sémantique et l’intelligence artificielle sont les deux pierres angulaires du Web 3.0. En combinant cette capacité avec le traitement du langage naturel, le Web 3.0 permet aux ordinateurs de comprendre des documents de la même manière que les personnes, ce qui se traduit par des résultats plus rapides et plus pertinents. Pour répondre aux demandes des utilisateurs, ils deviennent de plus en plus intelligents.

Qu’est-ce que Web3.js ?
La bibliothèque Web3.js est la principale bibliothèque JavaScript que vous utiliserez pour créer des applications Web3. Web3.js est un ensemble de bibliothèques qui vous permettent d’utiliser une connexion HTTP ou IPC pour communiquer avec un nœud ethereum local ou distant.

La bibliothèque web3.js permet d’accéder à la blockchain Ethereum. Elle permet, entre autres, d’accéder aux comptes des utilisateurs, d’envoyer des transactions et de communiquer avec des contrats intelligents. En fait, Web3.js est l’un des principaux frameworks utilisés dans la conception des dApps.

Technologies utilisées par les développeurs dans le web3

Si vous êtes développeur, vous vous demandez peut-être quelles sont les technologies utilisées pour construire le web3 et comment vous pouvez vous y mettre.

Si vous êtes le type de développeur qui s’enthousiasme pour les nouvelles technologies et aime les expérimenter, alors vous faites le bon choix.

Construire sur web3 apporte une toute nouvelle façon de penser et de mettre en œuvre des idées.

Les développeurs construisent sur le web3 soit en construisant le noyau de la blockchain, soit en accédant à la puissance de la blockchain pour construire des applications décentralisées.

Qu’est-ce qu’une dApp En tant que développeur web2 se lançant dans le web3, vous commencerez probablement par créer une application décentralisée (dApp).

Tout comme les applications ordinaires que vous construisez en tant qu’applications Web ou applications dans le Play Store, les applications décentralisées sont identiques aux applications normales, mais cette fois, elles sont construites sur la blockchain.

Une dApp se compose d’un frontend et d’un backend.

Frontend – Le frontend d’une dApp n’est pas particulièrement spécial car il est construit de la même manière que les frontends sont construits dans web2 qui utilise HTML, CSS, et javascript qui est la pile technologique.

Vous pouvez également utiliser n’importe quel framework de frontend car cela n’a pas d’importance.

Backend – le backend d’une dApp est ce que nous appelons un contrat intelligent. Ce contrat intelligent peut être écrit dans une grande variété de langages de programmation.

La blockchain la plus populaire, ethereum, a des contrats intelligents construits avec le langage de programmation solidity.

FAQs concernant Web3

Quel est le rôle des DAO dans Web3 ?

Parallèlement à cette nouvelle chaîne de valeur, le Web3 a donné naissance à des organisations économiques entièrement nouvelles. Les Organisations Autonomes Décentralisées (DAO) sont une fonction essentielle de l’interaction dans l’espace Web3.

Comme l’explique Linda Xi, une DAO est un groupe d’individus organisé autour d’une mission qui “se coordonne par le biais d’un ensemble de règles communes appliquées sur une blockchain”.

Le principal avantage d’une DAO est que, contrairement aux entreprises traditionnelles, la blockchain offre aux DAO une transparence totale.

Toutes les actions et le financement de la DAO peuvent être vus et analysés par n’importe qui. Cette transparence réduit considérablement le risque de corruption et évite que des informations importantes soient censurées.

Elle garantit également que la DAO tient ses promesses. En effet, comme les NFT, les DAO fonctionnent également avec des contrats intelligents qui peuvent déclencher une action lorsque certaines conditions sont remplies.

LIRE  Metamask : le Guide Ultime pour utiliser ce portefeuille de cryptomonnaies

Par exemple, dans le cas d’une DAO, un contrat intelligent peut garantir que les propositions qui reçoivent un certain nombre de votes positifs soient automatiquement adoptées.

Et contrairement aux organisations traditionnelles descendantes, comme le sont presque toutes les entreprises ou les organisations à but non lucratif, les DAO fonctionnent avec une structure hiérarchique plate, ce qui permet à tous les membres d’avoir leur mot à dire dans les décisions cruciales qui affectent l’ensemble du groupe, et pas seulement les actionnaires principaux.

De plus, les DAO sont beaucoup plus accessibles à l’individu moyen, car la barrière à l’entrée n’est pas aussi élevée. Généralement, les seules personnes autorisées à investir dans une organisation dès le début – et qui, par conséquent, récoltent la plupart des retours financiers – sont des individus incroyablement riches et disposant de réseaux.

Ce n’est pas le cas des DAO. Elles sont accessibles à l’échelle mondiale et disponibles à un coût bien moindre.

Plusieurs projets cryptographiques peuvent également être considérés comme des DAO, car beaucoup d’entre eux sont gérés par une forme décentralisée de gouvernance dans laquelle les détenteurs de jetons votent sur l’avenir du projet.

À ce jour, les DAO ont été utilisées pour financer des projets par crowdfunding, gouverner des communautés, et ont même tenté d’acheter la constitution américaine.

Quel est le lien entre Web3 et le métavers ?

Si les termes “Web3” et “metaverse” sont souvent utilisés de manière interchangeable, ils ne devraient pas l’être. Ce ne sont pas les mêmes.

Le métavers est mieux défini comme un mélange de monde physique et virtuel. Les partisans du métavers affirment qu’un tel avenir est inévitable et que les humains passeront un jour la majeure partie de leurs heures d’éveil dans un monde augmenté d’une manière ou d’une autre.

L’idée a récemment gagné en popularité, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, ayant parié sur le métavers en rebaptisant sa société de médias sociaux “Meta”.

Web3 est une version décentralisée de l’internet et n’a rien à voir avec l’augmentation de la réalité physique. Si de nombreux protocoles Web3, tels que les NFT ou les transactions en crypto-monnaies de pair à pair, peuvent être utilisés dans le futur métavers, Web3 n’est pas le métavers.

Quels sont les problèmes avec Web3 ?

Aujourd’hui, une grande partie de l’apprentissage et de l’expérimentation est nécessaire dans le parcours de l’utilisateur moyen sur le Web3. L’absence de conception conviviale ne nous rend pas service et rend le voyage ardu et la courbe d’apprentissage longue.

Le développement d’applications Web3, ou dApps, pour cet Internet décentralisé est encore relativement complexe et prend du temps.

Néanmoins, ce problème est enfin résolu lorsque vous utilisez un service comme Moralis pour construire des dApps Web3 sans serveur !

Mais le Web3 suscite des préoccupations plus sérieuses.

Pour commencer, tout changement important s’accompagne d’un risque important. L’un des aspects les plus intéressants du Web3 est la propriété totale de vos données.

C’est aussi le pire. L’espace Web3 est encore très proche du Far West, rempli de mauvais acteurs. En l’absence d’une autorité centralisée, vous êtes entièrement responsable de la sécurité de vos données et de votre monnaie.

Cela signifie que vous devez assurer la sécurité de votre portefeuille, être constamment à l’affût des tentatives d’hameçonnage et ne jamais (jamais !) donner votre phrase de démarrage.

Même les protocoles et les plateformes Web3 les plus fiables ont été piratés et exposés, il est donc crucial de toujours rester sur ses gardes.

En résumé, l’absence de confiance n’est pas une vérité universelle dans le Web3. Vous devez avoir confiance en vous.

Il y a aussi des problèmes d’évolutivité. Alors que peu de gens diraient que la décentralisation est une mauvaise chose en soi, les transactions sont plus lentes sur le Web3 précisément parce qu’elles sont décentralisées.

Les changements doivent être traités par un mineur (Proof of Work) et propagés à travers le réseau, ce qui prend du temps.

Ensuite, il y a les frais de gaz. Les frais de gaz sont les paiements que les utilisateurs effectuent pour utiliser la blockchain Ethereum, la blockchain la plus populaire au monde.

Plus précisément, le “gaz” est le prix à payer pour mener à bien une transaction sur la blockchain. Ces frais peuvent atteindre des centaines de dollars par transaction pendant les périodes de pointe.

Ensuite, il y a l’énigme de la décentralisation. Même si les blockchains sont décentralisées, de nombreux services Web3 qui les utilisent sont actuellement contrôlés par un nombre minuscule de sociétés privées.

Et il y a des préoccupations valables quant au fait que l’industrie qui émerge pour soutenir le Web décentralisé soit hautement consolidée.

Et en vérité, cette liste de préoccupations est loin d’être exhaustive. Cependant, comme nous l’avons mentionné, le Web3 n’en est qu’à ses débuts et de nombreux développeurs travaillent activement à la résolution des problèmes actuels.

Le principal enseignement (s’il y en a un) est donc le suivant : le Web3 est envisagé comme la prochaine étape de l’Internet. Il s’agit d’une ère Internet décentralisée, axée sur le respect de la vie privée, où les utilisateurs sont propriétaires de leurs données et où les bénéfices sont transférés des intermédiaires centralisés vers les créateurs et leurs communautés. Si les développeurs qui travaillent sur les problèmes actuels réussissent, nous pourrions bien y arriver.

Vous avez un projet de NFT, vous avez une collection à venir, n’hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis d’entendre vos idées.
X10 VOTRE TRAFIC SUR GOOGLE
Obtenez un accès VIP à des conseils exclusifs en matière de référencement et de marketing stratégique que je ne partage qu'avec mes abonnés. Téléchargez GRATUITEMENT des guides, des check listes et des modèles pour accélérer le trafic de votre site web.
S'abonner
Tags:
, ,
Airyourvoice
maxime.troubat@gmail.com
No Comments

Post A Comment

X10 VOTRE TRAFIC SUR GOOGLE
Obtenez un accès VIP à des conseils exclusifs en matière de référencement et de marketing stratégique que je ne partage qu'avec mes abonnés. Téléchargez GRATUITEMENT des guides, des check listes et des modèles pour accélérer le trafic de votre site web.
S'abonner
close-link